La construction du fort du Mont-Valérien – janvier 2022

En 1841, de considérables travaux sont entrepris sur le mont Valérien. Ceux-ci vont eur d’innombrables ouvriers. La butte de 161 mètres est alors située en grande partie sur le territoire de Nanterre. Son activité religieuse avait cessé en 1830 avec l’arrivée de Louis-Philippe au pouvoir. Il est décidé d’édifier sur la butte, devenue un lieu stratégique, un fort chargé d’assurer la défense de la capitale sur son flanc occidental. L’idée de fortifier Paris était née après les défaites napoléoniennes et l’invasion, à deux reprises, de la capitale. Plusieurs projets avaient vu le jour ; finalement, c’est la réalisation d’un mur d’enceinte continu autour de Paris qui est retenue en 1840, qu’accompagne la construction d’une ceinture de 14 forts à environ 5 kilomètres de la capitale. Le général Dode de La Brunerie est chargé d’organiser le gigantesque chantier des fortifications ; le colonel Vaneechout et le capitaine Humbert vont diriger les travaux relatifs au Mont-Valérien.

Une véritable citadelle
Conçu comme une citadelle, le fort présentera la forme d’une double étoile ; cinq immenses bastions l’entoureront ; des demi-lunes en avant, construites en pierres meulières, garnies d’énormes glacis, garderont l’approche de ces bastions. Les fossés compteront 20 mètres de largeur et la hauteur des murailles s’élèvera à 14,50 m sur 3,50 m ; chaque face de bastion s’étendra sur 70 mètres et sera garnie de 18 batteries.

Dès le mois de janvier 1841, les travaux de terrassement commencent avec un nombre considérable d’ouvriers civils et 150 soldats du génie. Tout l’ancien bois est rasé. Le bâtiment que Napoléon avait fait édifier en 1812 pour servir de maison d’éducation aux orphelines de la Légion d’honneur, et le château de Forbin-Janson sont conservés. On construit un camp de baraques au sud-ouest du mont, sur le chemin de Nanterre à Saint-Cloud, dans la plaine, pour loger les troupes du 39e de ligne (deux bataillons de 800 hommes) qui viendront participer à l’édification du fort. En mars, le bastion de Nanterre est bientôt terrassé. De ce bastion, le canon aura une portée sur toute la plaine en contrebas, sur le village de Nanterre, sur la route de Paris à Saint-Germain, et sur le cours de la Seine à Bezons.
Pour lire la suite, cliquer sur l’image ci-dessus.

Carte Paul BARBA – Mont-Valérien 1830

Prolonger la lecture

Exposition: « le Mont Valérien, fragments d’une histoire partagée » Nanterre, Rueil-Malmaison-Suresnes

 

Bulletin N°6 – la chapelle des fusillés du Mont-Valérien

Ce contenu a été publié dans Articles de la Société d'Histoire dans Nanterre Info, Des origines à nos jours..., Histoire de Nanterre, Thématiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.