Les Triaire: Dictionnaire historique des rues de Nanterre:

TRIAIRE (rue Philippe)                                                                               
Voie longue de 985 mètres commençant avenue Georges Clemenceau et se terminant rue des Plaideurs.
C’est l’ancien chemin des Chenevreux – ou champs de chanvre, ce qui laisse penser que cette plante était cultivée sur les pentes du Mont-Valérien – dont le Conseil Municipal décidera l’élargissement de 3 à 8 mètres pour sa partie basse jusqu’à la rue de la Forteresse (l’actuelle rue Daniel Becker) et qu’il dénommera rue Philippe Triaire par délibération du 3 novembre 1898. Il devient alors le rural n° 27.
Par délibération du 27 avril 1909, la décision est prise de prolonger la rue Philippe Triaire jusqu’à la rue des Plaideurs toujours sur l’emprise du chemin des Chenevreux.
Mais qui était donc Philippe Triaire ? En fait on en connaît deux :
– l’un, Philippe Triaire, né dans le Gard en 1768, qui participe aux campagnes napoléoniennes, est plusieurs fois bléssé et est décoré de la Légion d’Honneur le 14 juin 1804. Réformé avec solde de retraite, il se marie avec une Nanterrienne en 1805. Il décèdera à son domicile à Nanterre le 26 avril 1841.
– l’autre, Louis Philippe Triaire, fils du précédent, est né à Nanterre le 25 juillet 1817. Il se distingue particulièrement sur les champs de bataille de la guerre de Crimée en 1854 et 1855. Il meurt à son domicile, 7 place du Martray le 16 mai 1861 à l’âge de 43 ans.
C’est lui l’ « enfant de Nanterre » qui donnera son nom à la rue.
Au lieu-dit « les Chenevreux » la mairie achètera en 1949 un vaste terrain entre les rues Philippe Triaire et Suresnes sur lequel sera construit en 1993 le collège des Chenevreux conçu par l’architecte B. Simon.

Ce contenu a été publié dans Histoire de Nanterre, Personnages et personnalités de Nanterre, Publications de la SHN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.