Qui étaient les 850 Nanterriens « Morts pour la France » pendant la Première Guerre mondiale ? – novembre 2018

Le 11 novembre 1918, à Nanterre, comme partout, l’annonce de la fin de la Grande Guerre a provoqué un immense soulagement qui n’effaçait pas pour autant les souffrances endurées et la peine liée à la perte d’un fils, d’un mari, d’un frère, d’un cousin, d’un oncle…
Qui étaient ces hommes, très jeunes dans leur grande majorité, qui ont perdu la vie au cours des combats de ces quatre longues années ?
Où étaient-ils nés ?
La commune de naissance de plus de 450 d’entre eux se situe en Île-de-France dont 89 à Nanterre, 184 à Paris, 33 à Puteaux, 13 à Courbevoie… mais aussi dans les départements du Nord (23), des Côtes-d’Armor (17), de la Nièvre (12), de la Seine-Maritime (10)…Une petite minorité est née en dehors du territoire national.

Le carré militaire du cimetière de la rue de Courbevoie à Nanterre abrite la sépulture de 124 « Enfants de Nanterre morts pour la France » en 1914-1918. Chaque année à l’occasion du 1er novembre, le service des cimetières fleurit leurs tombes de chrysanthèmes blancs pour les plus jeunes et de chrysanthèmes de couleur cuivre pour les autres.
Pour lire la suite cliquer sur l’image ci-dessus représentant le Lieutenant Viart.
Eugène Emile VIART né le 2 août 1878 à Paris. Lieutenant au 6ème Régiment du Génie, il meurt à 40 ans le 17 décembre 1918 à Laon (Aisne) des suites de maladie contractée au combat. Il habitait rue du sergent Bobillot à Nanterre et il était dessinateur en serrurerie. Il était sportif adhérent à la Nanterrienne (Tir, gymnastique).
Accéder à sa fiche « Mémoire des Hommes » et à sa fiche matricule.

Pour consulter les informations recueillies par la Société d’Histoire de Nanterre sur les Nanterriens Morts pour la France pendant la Grande Guerre de 1914 à 1918.

Léon Eugène VEJUX né le 27/5/1893 à Nanterre, Sergent au 251ème  Régiment d’Infanterie. Il meurt à 23 ans le21 mai 1916 à la bataille du           Mort Homme          département de la Meuse. Habitait 15 rue Volant à Nanterre. Il était couvreur-plombier. Sportif à la Nanterrienne où se pratiquaient essentiellement le tir et la gymnastique. Il est inhumé dans le carré militaire du Cimetière du Centre à Nanterre.
Accéder à sa fiche « Mémoire des Hommes » et à sa fiche matricule.

Charles Jules BARRAT né le 4 septembre 1893 à Ménil-en-Saintois (Vosges). Sergent au 152ème  Régiment d’Infanterie, il meurt au combat à 22 ans  le 19 octobre 1915 à Oberlauchen en Alsace. Il demeurait au 3, rue de la Source à Nanterre.
Accéder à sa fiche « Mémoire des Hommes » .
Emile Jules  BARRAT né le 2 juin 1892 à Charenton-le-Pont (Seine), Sergent au 139 Régiment d’Infanterie il meurt au combat à 24 ans le 15 septembre 1916 à Chaulnes (Somme). Il habitait au 3, rue de la Source à Nanterre où il exerçait le métier de garçon de café. Il est décoré de la Légion d’honneur, de la Médaille Militaire et de la  Croix de Guerre.
Accéder à sa fiche « Mémoire des Hommes » et à sa fiche matricule.

 

Prolonger la lecture

Articles publiés dans le journal municipal Nanterre-Info
Nanterre, 1914 : la mobilisation –  juillet 2014
Pendant la Première Guerre mondiale, 850 Nanterriens sont « morts pour la France »
Jules Durand maire pendant la guerre de 1914-1918 – novembre 2007

Bulletin de la SHN
Nanterre pendant la Première Guerre mondiale

Articles publiés sur notre site internet
Avoir 20 ans en 1917
22 août 1914, la journée la plus meurtrière pour les Nanterriens mobilisés
Nénette et Rintintin, petites poupées « porte-bonheur » envoyées aux soldats de 14-18

Ce contenu a été publié dans 1914 - 1918 et Nanterre, Articles de la Société d'Histoire dans Nanterre Info, Histoire de Nanterre, Nanterriens "Morts pour la France", Publications de la SHN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.