Nanterre pendant la Première Guerre mondiale

Bulletin_25_Couv

Le 1er  août 1914 l’ordre de mobilisation est affiché à la mairie et dans les quartiers. Les
affiches ne doivent être ni couvertes, ni enlevées. Les gendarmes sont chargés de leur surveillance. On fait sonner le tocsin. La déclaration de guerre suscite chez certains de violentes manifestations de patriotisme.
Les manifestations d’enthousiasme ont été largement montrées par la presse, mais elles cachaient aussi l’inquiétude des mères, des filles et des fiancées. La guerre de 1870 et ses combats autour de la capitale, la destruction des villages environnants, les affres des deux sièges, étaient encore présents dans les mémoires.
La mobilisation a privé les champs et les ateliers de main-d’œuvre qualifiée et les familles de ressources. Elle bouleverse l’organisation familiale et professionnelle. Les femmes doivent relayer le mari mobilisé, dans son rôle de chef de famille et de chef d’entreprise.
Il en est ainsi pour le photographe Émile Billotte, à qui l’on doit de nombreuses cartes postales, portraits de rosières, de mariés, de communiants; sa femme Joséphine, repasseuse, apprendra le métier.
« Pendant ces années de tuerie, Joséphine Billotte prit le relais; c’est elle qui fit la photo, qui tira le portrait. Les militaires venaient se faire photographier et nombreux étaient ceux qui n’allaient pas revenir. Comment madame Billotte aurait-elle pu alors faire payer à la famille l’image de ces héros ?  » Émile Billotte.
Dès le 3 août 1914, le maire propose au conseil municipal le vote d’urgence pour l’ouverture d’un crédit de trente mille francs destiné aux dépenses occasionnées par la guerre et sollicite l’aide du département pour faire face aux difficultés.

 Pour lire le bulletin de la SHN « Nanterre pendant la Première Guerre mondiale »  sur le site  Gallica.fr de la Bibliothèque nationale de France (BnF), cliquer sur l’image ci-dessus.

 

Prolonger la lecture
Articles publiés dans le journal municipal Nanterre-Info
Nanterre, 1914 : la mobilisation –  juillet 2014
Pendant la Première Guerre mondiale, 850 Nanterriens sont « morts pour la France »
Jules Durand maire pendant la guerre de 1914-1918 – novembre 2007

 

Articles publiés sur notre site internet
Avoir 20 ans en 1917
Mieux connaître les 850 « Enfants de Nanterre Morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale »
22 août 1914, la journée la plus meurtrière pour les Nanterriens mobilisés
Nénette et Rintintin, petites poupées « porte-bonheur » envoyées aux soldats de 14-18

 

 

Ce contenu a été publié dans 1914 - 1918 et Nanterre, Adhérents de la SHN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.