Quand les gargots nourrissaient Paris – juillet 2019

Depuis le XVe siècle, une bonne partie de la viande de porc consommée à Paris était fournie par les charcutiers forains de Nanterre. En 1819, ils se groupèrent pour construire un abattoir et un échaudoir commun dans la commune. Ils cessèrent leur activité lorsque les viandes entrant dans la capitale furent fortement taxées.
Depuis le Moyen Âge, la communauté de charcutiers forains de Nanterre regroupait une vingtaine de familles. Ces marchands fournissaient les porcs nécessaires à la consommation de la capitale. On avait encouragé leur venue car les charcutiers de Paris, dont la corporation fondée en 1475 avait le monopole exclusif de la préparation et de la vente de la viande de porc, ne parvenaient plus à approvisionner suffisamment une population parisienne en pleine croissance.
Traditionnellement, ces derniers allaient sur les marchés acheter le bétail vivant. Mais l’arrêt du parlement du 22 août 1769 permit aux premiers de vendre du porc frais par quartiers. Les habitudes changèrent: beaucoup de charcutiers parisiens s’approvisionnèrent ou complétèrent leur approvisionnement chez les marchands forains de Nanterre, nommés gargots. Ces derniers mettaient sur le marché des porcs fendus en deux parties, qu’ils vendaient en gros à l’amiable.
Un abattoir à Nanterre
Jusqu’au début du XIXe siècle, ils abattaient les porcs dans leurs abattoirs et échaudoirs particuliers. Suite à une ordonnance de police qui allait les obliger à fermer leurs installations et à faire abattre leurs porcs dans les abattoirs publics de Paris, ils obtinrent l’autorisation de construire, à leurs frais et hors les murs du village, un abattoir et un échaudoir communs. Ils s’engagèrent à verser à la commune une taxe de dix centimes par tête de bétail abattu. Le jeudi 9 septembre 1819 eut lieu la pose de la première pierre de ce nouvel établissement, en présence du ministre d’État le comte de Bourienne, du sous-préfet de l’arrondissement M. Le Roy de Chavigny, du maire M. Sanné, de l’ancien maire M. Pirault-Deschaumes et de M. Blanchon, architecte.
Pour lire la suite cliquer sur l’image ci-dessus

Ce contenu a été publié dans Articles de la Société d'Histoire dans Nanterre Info, Des origines à nos jours..., Histoire de Nanterre, Publications de la SHN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.