La tombe à char de Nanterre – novembre 2021

Un jour de 1899, alors qu’ils travaillent dans la sablière au Petit-Nanterre, deux ouvriers découvrent par hasard un petit ensemble funéraire gaulois, dont une tombe à char et quatre autres sépultures.
Informés, des archéologues mettent au jour divers objets et armes. Monsieur Henri Hubert – même s’il est son homonyme, ce nom n’a rien à voir avec celui de la sablière –, alors responsable au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, prend en main cette découverte.

Qu’est-ce qu’une tombe à char ?
L’archéologie et les découvertes au fil du temps, essentiellement celles des cent-cinquante dernières années, montrent que les Celtes ont enseveli certains de leurs morts dans des tombes avec leur char. Ce phénomène commence vers 600 av. J.-C. et s’achève vers 100 av. J.-C. Ce fut d’abord avec des chars à quatre roues puis, à partir de 400/300 av. J.-C., des chars à deux roues. D’abord, des chars de présentation ou de parade et, par la suite, des chars de combat. Durant ces deux périodes, ce sont des chars de prestige et d’apparat, souvent fabriqués spécifiquement pour l’inhumation. Les personnes reposant dans ces tombes sont toutes de haut rang au sein de leur communauté : rois, reines, princes, princesses et guerriers. La tombe à char de Nanterre était occupée par l’un de ces guerriers gaulois.

L’emplacement de la sablière Hubert
Dès l’origine, il y eut une incertitude sur l’emplacement de la tombe à char. Les documents laissés par Henri Hubert et par l’un de ses collaborateurs, Raymond Lantier, ainsi que les différentes cartes d’époque conduisent cependant à situer l’emplacement de la sablière sous les bâtiments nord-ouest de l’actuel hôpital Max-Fourestier et, pour ce qui est de la tombe à char, le long de l’actuel mur ouest, à environ 200 mètres de l’avenue de la République.

De quand date cette petite nécropole ?
La datation scientifique de cet ensemble le situe dans une période comprise entre 250 et 225 av. J.-C. ; il y a donc environ deux mille deux cent cinquante ans. C’est-à-dire en plein âge du fer, dans sa période dite de la Tène moyenne. À cette époque, ce sont des Gaulois de la tribu des Parisii qui vivent le long de la Seine sur le territoire de l’actuelle commune de Nanterre.

Pour lire la suite, cliquer sur l’image ci-dessus

Prolonger la lecture

Fouilles archéologiques et Histoire de Nanterre

Ce contenu a été publié dans Archéologie, Arts et Patrimoine, Articles de la Société d'Histoire dans Nanterre Info, Périodes historiques - Antiquité, Publications de la SHN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.