Les rues de Nanterre qui portent le nom d’un ancien maire de la ville

bul 36Pour accéder au texte extrait du « Dictionnaire historique des rues de Nanterre » concernant chacun des maires, cliquer sur leur nom.
.

.

BARBET (rue Raymond)

Voie publique longue de 825 mètres commençant place Plainchamp et se terminant boulevard F-V-Raspail. C’est une partie de la rue de Colombes qui, pendant très longtemps, relia le centre du bourg à la ville voisine. Par délibération du 11 mai 1978, le conseil municipal lui donna le nom de Raymond Barbet en hommage à celui qui fut pendant trente-huit années, de 1935 à 1975, le maire de notre ville, le député de Nanterre-Suresnes entre 1962 et 1978 et le conseiller général de la Seine de 1937 à 1967. Sous don impulsion, Nanterre connut les plus grandes transformations de son histoire.

 Pour revenir à la liste des maires

.

GAUTIER (rue Jules)

Voie longue de 158 mètres débutant rue Gambetta et se terminant avenue Vladimir-Ilitch-Lénine. La rue fut ouverte à la fin du XIXe siècle en partie sur la propriété Ebeling – le tailleur de Louis-Philippe – entraînant la démolition du bâtiment principal et le morcellement du parc qui l’entourait. Elle portera d’ailleurs le nom de rue du Parc avant que le conseil municipal la dénomme Jules¬Maximilien-Gautier en mémoire de celui qui fut maire de Nanterre de 1900 à 1908.

  Pour revenir à la liste des maires

.

HENNAPE (rue)

Voie communale longue de 228 mètres commençant avenue Georges-Clemenceau et se terminant rue des Écoles. C’est l’ancien chemin des Champs-aux-Nielles qui conduisait aux nombreuses carrières de moellons du secteur et qui, après l’ouverture de l’école du Plateau en 1901, sera prolongé jusqu’à la rue des Fontenelles et prendra le nom de rue des Écoles (chemin rural n° 28 bis). En 1927, la partie basse de la rue sera élargie afin de mieux desservir les usines des Établissements Donnet et, peu de temps après, sera dénommée en hommage, un peu tardif, à Achille Hennape, ancien maire de Nanterre de 1881 à 1890 puis de 1896 à 1900, mort tragiquement dans un accident de chemin de fer en 1901. Cette rue restera liée à l’industrie automobile puisqu’après les Établissements Donnet, le site sera occupé par les usines Simca, puis Citroën jusqu’en 1986. Aujourd’hui encore, on peut voir et admirer, la très belle réalisation qu’est l’immeuble « Le Capitole » restauration très réussie du principal bâtiment des anciennes usines dont l’ossature en béton armé a entièrement été conservée.

.

 MORIN (rue Paul)

Voie publique longue de 214 mètres commençant rue de Zilina et se terminant rue Louis-Lécuyer. C’est l’ancienne rue de Carrières-Saint-Denis dénommée ainsi car elle prenait la direction de la commune située de l’autre côté du fleuve et qui s’appelle aujourd’hui Carrières-sur-Seine. En 1932, le conseil municipal lui donne le nom de Paul-François Morin en hommage à cet industriel, qui en 1855, installa, non loin de là, avenue Jules-Quentin, la première fonderie d’aluminium de France. Paul Morin sera également maire de notre ville de 1870 à 1876 et sénateur de la Seine. Pendant très longtemps, cette rue débutait rue de la Chasse. En 1969 elle sera partiellement déclassée du domaine communal et amputée d’une partie de son tracé afin de permettre à. l’ÉPAD d’aménager un ensemble immobilier dit du Chemin-de-l’lle destiné au relogement des habitants de Puteaux et Courbevoie expropriés de la zone d’affaires de La Défense.

 Pour revenir à la liste des maires

.

PONGERVILLE (rue de)

Voie publique longue de 134 mètres commençant rue de Stalingrad et se terminant rue Rigault. La rue fut réalisée au milieu du XIXe siècle sur l’emprise d’un chemin de culture afin de desservir les habitations nouvellement construites à l’extérieur du bourg depuis l’ouverture en 1838 de la gare de Nanterre sur la ligne de chemin de fer Paris/Saint-Germain-en-Laye. Le conseil municipal lui donnera le nom de Sanson de Pongerville, membre de l’Institut de France et maire de Nanterre de 1832 à 1839, et décidera en 1873 de son élargissement à huit mètres. C’est au n° 4 que s’ouvrira, en 1947, la première crèche communale dans une propriété achetée en 1946 à M. Nadal,

 Pour revenir à la liste des maires

.

SAUDMONT (rue Yves)

Voie longue de 205 mètres, commençant rue de Suresnes et se terminant rue des Alouettes. Elle a été réalisée dans le cadre de l’aménagement des Chenevreux, afin de permettre la construction d’habitations â proximité de la crèche « La Courte-échelle ».
Par délibération du 26 juin 2007, le conseil municipal lui donna le nom de celui qui fut maire de notre ville de 1973 â 1988, et conseiller général de 1979 à 1992. Précurseur, novateur en matière d’habitat, il fut à l’initiative de nombreuses opérations d’urbanisme, en particulier les aménagements des Damades, des Champs-Pierreux et des Chenevreux et il était juste qu’une rue de ce dernier quartier portât son nom. La rue fut inaugurée le 29 janvier 2008 en présence de nombreux Nanterriens.

 Pour revenir à la liste des maires

.

TERNEAU (rue Joseph)

Voie longue de 148 mètres commençant avenue du Maréchal-Joffre et se terminant rue des Suisses. Comme la rue de Chanzy et le passage des Suisses, cette voie est une partie de l’ancien chemin des Pouvins que le conseil municipal décidera d’élargir à neuf mètres et de dénommer, par délibération du 30 décembre 1907, rue Joseph-Terneau en hommage à celui qui fut maire de Nanterre entre 1876 et 1880. Dans les années 1930, la Bonneterie de Nanterre qui employait plusieurs dizaines d’ouvriers occupait les numéros 10 et 12 de la rue. Les terrains seront ensuite utilisés par la Société Campari lors de l’agrandissement de son usine en 1968 et 1976.

 

Ce contenu a été publié dans Histoire de Nanterre, Maires de Nanterre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.