Trente-trois ans à se lever de bonne heure – janvier 2021

De 1861 à 1894, Adèle Saupique a exercé la fonction de receveuse du bureau de poste de Nanterre, jusqu’à en devenir la doyenne française. Découvrons cette femme et son quotidien professionnel marqué par deux épisodes de l’histoire.
Adèle Saupique est née en 1823. Fille de Théodore-Auguste Saupique, marchand de bois, né en 1797 à Saint-Omer et de Madeleine-Élisabeth Saupique, née en 1800 à Saint-Dizier, elle est nommée receveuse du bureau de poste de Nanterre en 1861. Physiquement, on la décrit comme petite, plutôt maigre, le regard vif et pénétrant. Sa parole est brève, son allure distinguée.
De longues journées
À partir de 1870, Adèle habite au numéro 2 de la rue Royale, qui deviendra la rue Gambetta en 1884. À l’angle du boulevard du Sud-Est, dans une maison d’apparence modeste, se tient le bureau de poste. Au-dessus de la porte, sur une lanterne rectangulaire à vitres bleues, on lit ces mots : Postes et Télégraphes.
Adèle est aidée par deux employées pendant ses longues journées de travail.
Le bureau reste en effet ouvert durant treize heures en hiver et quatorze heures en été. Les dimanches et jours de fête, les opérations postales cessent à 18h ; 21h les autres jours. Levée de bonne heure pour réceptionner le courrier et faire partir les facteurs, Adèle doit encore, après la fermeture des guichets, tenir la comptabilité de la journée. Elle assure aussi le fonctionnement de la ligne de télégraphe installée depuis peu à Nanterre.
Pour lire la suite, cliquer sur l’image ci-dessus

Prolonger la lecture

Bulletin N°21 – L’histoire de la poste à Nanterre

Par les articles publiés dans le journal municipal Nanterre-Info

La poste: un condensé de l’histoire locale  – décembre 2007

Les bureaux de poste des origines à nos jours – juillet 2010

La poste à Nanterre (1) – mars 1998

La poste à Nanterre (2) – avril 1998

Une doyenne nanterrienne à la une – septembre 2016

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.