Les tours Aillaud – juin 2019

En 1973, dans l’ancien quartier des Fontenelles, les Nanterriens voient sortir de terre de nouvelles constructions, aux formes inhabituelles, étranges, et découvrent que ce sont des logements.
Ces tours rondes, avec des fenêtres tout aussi rondes, ou carrées ou évoquant des gouttes d’eau, accueillent des logements ressemblant à des feuilles de trèfle; elles sont, de plus, recouvertes de mosaïques en pâte de verre, de différentes couleurs, ce qui est une originalité de plus. Elles vont  rapidement devenir les tours Aillaud du nom de leur architecte ; certains les appellent aussi les tours nuages.
Elles sont, à l’origine, au nombre de vingt, regroupées sur un espace de quinze hectares. Les plus hautes culminent à 105 mètres de hauteur et vont accueillir des logements intermédiaires de type ILN, les autres, de « seulement » 50 mètres, des logements HLM.

Ces tours sont érigées sur une partie du quartier des Fontenelles situé dans un périmètre de 90 hectares où vivaient plusieurs milliers d’habitants.
Il va progressivement disparaître complètement, la chapelle Saint-Joseph restant le seul témoin de ce passé.
Pour lire la suite, cliquer sur l’image ci-dessus.

Prolonger la lecture:

Articles publiés dans le journal municipal Nanterre info
Les espaces verts au XXe siècle – mars 2003
L’avenue Pablo Piccaso et les tours Aillaud – février 2012

Devinette de la SHN

Ce contenu a été publié dans Archéologie, Arts et Patrimoine, Articles de la Société d'Histoire dans Nanterre Info, Des origines à nos jours..., Publications de la SHN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.