Les Devinettes de la Lettre de la S.H.N.

 

.

Réponses aux Devinettes

.

Réponse de la devinette de la Lettre 51
Erasme_HolbeinÉrasme est ce philosophe, écrivain, poète,… né à Rotterdam vers 1466, décédé à Bâle en 1536. Étudiant à la Sorbonne et atteint de la fièvre quarte, Érasme vint boire de l’eau au Puits de Nanterre et recouvrit la santé. Bien plus tard, il se souvint de sa promesse de remercier Nanterre et sainte Geneviève dans ce poème.

Portrait d’ERASME peint par Holbein, Musée du Louvre
Pour en savoir plus cliquer sur l’image ci-contre

 

Plus de détails sur la guérison d’Érasme dans publications de la SHN:

Bulletins_ErasmeBulletin N°27 – Sainte Geneviève – actes de la conférence du 2 février 2002

Bulletin N°22 – Nanterre, quelques traits de la vie de la cité

L’article publié dans le journal municipal Nanterre Info en décembre 1992 – A l’eau des Fontaines d’antan – « Miracles à Nanterre »

.

La devinette de la Lettre 52

Dans l’un des 64 films qu’elle a tournés, à la question qui lui est posée :  Max_et_les_Fer_1« Pourquoi tu restes à Nanterre? « 

Max_et_les_Fer_2Romy Schneider répond « Je suis bien à Nanterre … ».

Quel est le titre et la date de sortie de ce film ?

La réponse…
Plusieurs scènes de ce film de Claude Sautet Max et les ferrailleurs, sorti en salles en 1971, ont été tournées à Nanterre.
Cliquer sur l’une ou l’autre des images ci-dessus pour visionner la scène entre Michel Piccoli et Romy Schneider.

 «Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 53

Quel peintre du XIXe siècle a immortalisé «La maison des chiffonniers, route de Chatou» à Nanterre ?

L53_devinetteCharles Mercier est l’auteur de ce tableau. Peintre paysagiste (1832-1909), il débuta en tant que restaurateur de tableaux, avant d’entrer aux Beaux-Arts et de devenir l’élève de Camille Corot qui l’a fortement influencé. Il exposera au Salon de 1861 à 1870.
Nanterre vue par quatre peintres
article publié dans Nanterre-Info en décembre 2001

Le Musée de Sceaux organise, le 9 avril 2016, une grande conférence:
«Paysage et territoires en Ile-de-France.
Le regard des peintres au XIXe siècle ».
Jeannine Cornaille a présenté  «Les peintres et le paysage à Nanterre. De Damoye à Utrillo».

 

 «Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 54

Il y a presque 50 ans, une création théâtrale a particulièrement marqué les Nanterriens.Quel est le titre exact de cette pièce qui fut jouée dans un hangar de l’ancien camp militaire d’aviation à la Folie ?

« Ah Dieu, que la guerre est jolie », premier vers de L’Adieu du Cavalier de Guillaume Apollinaire, sert de titre à la pièce de Pierre Debauche, présentée, en mai 1966, au public Nanterrien  dans un ancien hangar de l’ancien camp militaire d’aviation à la Folie.
Guillaume Apollinaire est mort des suites d’une blessure au cours de la Grande Guerre.

La pièce, adaptée de Oh ! What a lovely war de Charles Chilton et Joan Littlewood, est un spectacle musical burlesque, mais sur le fond sérieux et même tragique de la guerre de 1914-1918. Ah_Que_laguerre_est_jolie_programmePublications de la Société d’Histoire de Nanterre à propos de  ce spectacle:

Article publié dans Nanterre-Info

Bulletin de la SHN

«Pour revenir à la liste des solutions»
.

La devinette de la Lettre 55

Gustave_CharpentierUn grand compositeur Français et ses choristes accueillirent, dans la cour de la mairie de Nanterre, l’arrivée de la course des Midinettes 1903 dont le départ avait été donné à Paris.
Ce grand musicien fut récompensé par un Prix de Rome et Abel Gance tira une version cinématographique de l’un de ses opéras?

Gustave Charpentier, né en 1860 et décédé en 1956, fut récompensé en 1887 par le Prix de Rome en composition musicale. Il collabora à une version cinématographique de son opéra Louise mise en scène par Abel Gance.

En 1902, il crée le conservatoire Populaire Mimi Pinson (héroïne d’Alfred de Musset) où les femmes peuvent recevoir une instruction musicale gratuite.


Prolonger la lecture

Quand les rues de Nanterre nous parlent musique

Biographie détaillée de Gustave Charpentier sur le site Musicologie.org   

Gustave Charpentier : Impressions d’Italie, suite symphonique (1889)

«Pour revenir à la liste des solutions»

.
.

La devinette de la Lettre 56

Médecin très apprécié de la population de Nanterre au XIXe siècle, il est aussi l’arrière-grand-père d’un très célèbre philosophe aujourd’hui décédé.

 

Le docteur Foucault fut un bienfaiteur de Nanterre, à qui le conseil municipal rendit hommage en 1898, un an après son décès, en donnant son nom à une rue du centre de la ville.
Né à Angers en 1811, Jacques-Symphorien Foucault, effectue ses études de médecine à Paris, puis fraîchement diplômé, s’installe à Nanterre en 1835, d’abord rue Royale (aujourd’hui rue Gambetta), puis boulevard du Midi. Reconnu pour ses qualités professionnelles, il est aussi un acteur important au sein de la communauté nanterrienne. Il devient ainsi, en 1872, l’un des membres fondateurs de la bibliothèque municipale, puis en 1876, crée la première crèche de la ville. Il exerça pendant une cinquantaine d’années au cours desquelles son dévouement auprès de la population, et plus particulièrement auprès des plus démunis, lui valut d’être considéré comme « médecin des pauvres ».

Ci-dessous le registre de 1883 des procès-verbaux des réunions
du Comité de la Bibliothèque populaire de Nanterre
Bibliotheque_Populaire_Nanterre_1883


Prolonger la lecture

Article publié dans Nanterre-Info
La rue du Docteur-Foucault autrefois rue du Quignon – juillet 1996

Additif au Dictionnaire historique des rues de Nanterre

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 57

La construction, au XVIIe siècle, de cet imposant dispositif, un peu en aval à Nanterre, a bouleversé les activités en bord de Seine et même la navigation sur le fleuve.
De quoi s’agissait-il ?
Machine_marly_plan
Pour Louis XIV, les jardins de Versailles présentant une importance tout aussi grande que le château, l’alimentation des pièces d’eau et des fontaines devient une préoccupation constante de son règne. D’importants travaux hydrauliques se révèlent nécessaires pour aller puiser l’eau toujours plus loin. La machine de Marly en est l’illustration la plus marquante. Sa construction, au XVIIe siècle, aura des conséquences sur le cours amont de la Seine, notamment à Nanterre.


Prolonger la lecture

Nanterre et la Machine (1ère partie) – avril 2014

Nanterre et la Machine (2e partie) – mai 2014

Machine_marly_pierre-Denis_Martin_1723La Machine de Marly par Pierre-Denis Martin, 1723. Au premier plan, l’ile Gauthier ou île de la Machine du roi, territoire royal. On aperçoit à droite en arrière plan, l’aqueduc de Louveciennes et sa tour du Levant dans laquelle arrivait l’eau pompée.

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 58

Deux Présidents de la 3ème République ont  effectué une visite officielle à Nanterre.
Qui étaient –ils et quel était l’objet de leur visite ?

Ces deux Présidents de la République, Félix Faure en juin 1897 et Raymond Poincaré en mai 1913, se sont déplacés à Nanterre dans le cadre d’une visite officielle à la «Maison Départementale de Nanterre ».

Prolonger la lecture

Nanterre … des origines à nos jours

 Les Maires de Nanterre

 

Felix_faure_President_1895_1899

Félix Faure, Président de la République de 1895 à 1899

 

Raymond_Poincare_Pdt__1913_1920

Raymond Poincaré, Président de la République de février 1913 à février 1920.

 

 «Pour revenir à la liste des solutions»

.
.

La devinette de la Lettre 59

Les drôles de machines mi flottantes, mi volantes de cet inventeur et industriel Nanterrien ont vogué bruyamment et rapidement sur la Seine au début du XXe siècle.
Quelles étaient ces machines et qui était cet inventeur ?

Hydroglisseurs_Lambert_demarrageCharles de Lambert (1865 – 1944) est un aventurier, sportif, inventeur passionné de la vitesse sur terre, dans l’air et sur l’eau. Reconnu comme l’un des pionniers de l’aviation, il est aussi l’inventeur et le constructeur d’un curieux engin, d’abord appelé hydroplane ou aéroglisseur  puis hydroglisseur.
Cette embarcation glisse sur l’eau sans s’y enfoncer, lui permettant ainsi d’atteindre une grande vitesse. En 1913, la vitesse de 100 km/h est atteinte.

En 1920, de Lambert installe le siège social et les ateliers de son entreprise au 95, boulevard de la Seine, à Nanterre, à proximité de l’usine de production de goudrons A.G.E.D. et de l’usine du Gaz. Elle emploie une trentaine d’ouvriers. Un terrain de football est aménagé pour le personnel.

Pionnier de l’aviation:
Pendant l’été 1909, ayant acquis deux avions, il participe à la compétition organisée par le quotidien britannique, le Daily Mail, dotée d’un prix de 1 000 £ accordé au premier homme qui franchira la Manche en avion. Le 25 juillet, Louis Blériot tente sa chance, à son tour, avec le succès que l’on sait. C’est la fin des espoirs du comte de Lambert.

Lambert_Gustave_EiffelQuelques mois plus tard, le 18 octobre 1909, aux commandes d’un biplan Wright, il boucle la tour Eiffel à 300 mètres d’altitude, établissant ainsi un record du monde.

Prolonger la lecture

Balades dans le Nanterre du XXe siècle

Les hydroglisseurs «de Lambert » – juillet 2005

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 60

Qui est cet ingénieur des Arts et métiers qui fut choisi, au début du XXe siècle, pour réaliser un important atelier ferroviaire à Nanterre ? 
Plusieurs des réalisations de ce pionnier du développement du béton armé vont constituer des records mondiaux.

Ateliers_Foliie_chantier2La réalisation des Ateliers de la Folie en 1912 n’a été possible que grâce à la technique de l’emploi du béton armé inventée par Simon Boussiron. Boussiron
Né en 1873 à Perpignan, mort en 1958 à Paris, diplômé de l’École des Arts et Métiers d’Aix-en-Provence en 1891, il publie dès 1900 deux ouvrages donnant les bases de calcul du béton armé pour son système breveté.
À partir des années 1930, plusieurs réalisations importantes permises par son invention vont constituer des records mondiaux:
– le pont de La Roche-Guyon sur la Seine, record mondial des ponts en béton armé à tablier suspendu (1932) ;
– le pont de la Coudette sur le gave de Pau, record mondial des ponts route en bow-string en béton armé (1943) ;
– le viaduc ferroviaire de la Méditerranée sur le Rhône, record mondial des ponts rail en béton armé à double voie suspendue (1950) ;
– le hangar double de l’aéroport de Marignane, record mondial de portée pour les couvertures à voile mince (1949-1953) ;
– le viaduc de La Voulte-sur-Rhône, le plus long pont du monde sous voie ferrée normale en béton précontraint (1953-1955) ;
– les pylônes du pont de Tancarville, record mondial de hauteur des piles de pont suspendu en béton armé (1955-1959).2_Tancarville

Cette liste d’exploits, qui témoigne bien de l’exigence d’innovation de l’entreprise, culmine avec la réalisation du CNIT (Centre national de l’industrie et des techniques), dans le quartier de La Défense près de Paris, qui détient toujours les records mondiaux de portée et de la plus grande surface de plancher supportée par point d’appui (1952-1958)

Prolonger la lecture

Simon Boussiron et les ateliers de la Folie – mars 2011

Inventaire général du patrimoine culturel d’Ile-de-France – Nanterre – Mérimée

Grandes figures des ingénieurs Arts et Métiers qui ont marqué l’histoire de notre pays et des sciences et technologies.

Fonds Société des entreprises Boussiron

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 61

Pont_Viaduc_NanterreAlors que le recensement de 1841 ne comptait que 2 792 habitants dans notre commune, combien de voyageurs avaient pris le train à destination de Nanterre pendant l’année 1844 ?  ( nombre attesté par le nombre billets vendus pour la destination Nanterre) ?

 

En mai 1837, inauguration par la famille royale, de la première ligne de chemin de fer pour voyageurs construite en France reliant Paris à St-Germain-en-Laye. Mise en service commercial de la ligne à la fin du mois d’août 1837 et dès avril 1838, la gare de Nanterre est ouverte aux voyageurs.Train__1837Sur les 366 jours de 1844 (année bissextile), en moyenne chaque jour, 388 voyageurs ont acheté un billet de train pour Nanterre soit au total 123.609 billets de train pour l’année entière.
Omnibus_hippomobileLes années précédentes le nombre de voyageurs en gare de Nanterre était bien plus important car, la gare de Rueil n’étant pas ouverte, un service d’omnibus hippomobile, offert dès novembre 1838, desservait Rueil et Bougival à l’arrivée en gare de  Nanterre. Ainsi en 1842, sur les 210.000 voyageurs à destination de Nanterre depuis Paris, 84.248 avaient été transportés ensuite à Rueil et Bougival par omnibus.

Prolonger la lecture

Bulletin N°9 – II y a 150 ans… le chemin de fer à Nanterre
Articles publiés dans le journal municipal Nanterre-Info
La rue Maurice-Thorez autrefois rue du Chemin de fer – septembre 1990
Les ateliers de la voie et des bâtiments, rue Noël PONS – mai 2013
Le chemin de fer Paris-Rouen par le Petit Nanterre – novembre 2012 

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 62

Le Rôle, de la Taille et des Impositions Accessoires pour l’année 1789, révèle que le principal contribuable de Nanterre exerce son activité à la Boule Royale.
Quel était son nom et quelle activité exerçait-il ?

diaporama_la_boule_patrimoine_2016_04Au XVIIIe siècle, la famille Petit exploite un florissant relais de la Poste Royale aux chevaux situé à la Boule Royale de Nanterre. Cet établissement apparaît avec précision sur la carte de Cassini dressée en 1733, occupant le terrain situé au bas de l’actuelle avenue Georges-Clemenceau au carrefour de la Boule. En 1778, sur le plan détaillé du bourg de Nanterre apparaissent le tracé et la description de la propriété de Jean-Louis Petit, maître de la Poste Royale aux chevaux.

Petit_taille_1789A la veille de la Révolution Française, le sieur Jean-Bernardin Petit, Maître de la Poste à Nanterre, est imposé au montant de 141 livres et 14 sols au titre de la Taille de 1789. Ce qui lui vaut la première place dans la liste des habitants les plus imposés de la Paroisse.
La taille personnelle (appliquée à Nanterre) repose, en principe, sur les « facultés des taillables », estimées tant bien que mal par les collecteurs, eux-mêmes assujettis à cet impôt.

Quelques éléments sur l’imposition des habitants roturiers de Nanterre entre 1777 et 1789

taille_Nanterre_1Les principaux contribuables de l’année 1789

Taille_1789_5_principauxLa liste des exemptés pour l’année 1789

Taille_1789_ExemptsL’exemption de taille devient, au fil du temps, un privilège accordé par le Roi et lié, non seulement à l’état nobiliaire ou ecclésiastique mais aussi à de multiples offices.
Les Maitres des Postes bénéficièrent notamment de nombreux et successifs privilèges en cette matière.

Le système monétaire de l’Ancien Régime

Jusqu’au 7 avril 1795, la valeur nominale (de compte) des monnaies des monnaies françaises est exprimée en Livres, sous, deniers (Tournois ) selon une division duodécimale soit : 1 Livre = 20 Sols = 240 Deniers = 720 Liards.
Le nouveau système décimal issu de la loi de de 1796 remplace la Livre par le Franc, divisé en centimes.
Pour un ménage de « Français moyen » de 1789, le poste alimentation représentait entre 80 et 90% du budget. Aujourd’hui, le poste alimentation représente moins de 15% du budget moyen des ménages (source INSEE).

Selon, l’ingénieur agronome et grand voyageur, Arthur Young (Voyages en France pendant les années 1787, 1788, 1789), un ouvrier de manufacture gagne en gros 26 sols pour les hommes 15 sols pour les femmes.
Mais les salaires s’abaissent quand les ouvriers sont nourris.

Prolonger la lecture

Articles publiés dans Nanterre-Info

La place de la Boule, autrefois la Boule Royale (1) – novembre 1994

La place de la Boule, autrefois la Boule Royale (2) – décembre 1994

Ouvrage publié par la SHN
Si la Boule était contée…

Sur Gallica, Arthur Young (Voyages en France pendant les années 1787, 1788, 1789),
Tome 1
Tome 2

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 63

En quelle année et dans quels locaux commença à fonctionner l’ «Annexe du Lycée Condorcet de Paris à Nanterre» ?

Comme l’indique, dans le Bulletin N°43 «ANLYCE» publié en 2010, M. Jack FAMIN, professeur alors à l’école du Midi et qui « fut amené à enseigner les mathématiques et les sciences naturelles dans les deux classes de sixième», (…) où
« Deux classes de sixième, une classique et une moderne, et une classe de seconde furent créées, qui se mirent à fonctionner au boulevard du Midi dès la rentrée scolaire 1951, sous l’appellation «Annexe du Lycée Condorcet de Paris à Nanterre». ecole_garcons_bd_du_midi«Mais « Notre Annexe s’accrut tout naturellement à la rentrée scolaire 1952, de deux classes de cinquième classique et moderne, et d’une classe de première. L’école du boulevard du Midi fut au bord de l’implosion : trois classes nouvelles à loger, alors qu’on était déjà à l’étroit! (…) Finalement on se mit d’accord pour choisir l’école primaire Voltaire ».l63_ecole_voltaire_1934

Prolonger la lecture

Bulletin N°43  de la SHN : Annuaire des élèves et personnels dans un demi-siècle d’histoire du Lycée Joliot-Curie de Nanterre 1959 – 2009 ANLYCE  – publié en juin 2010

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 64

Un des plus grands écrivains Français a écrit : « Du côté de Nanterre et de Suresnes le vin a beaucoup donné. Où l’on comptait sur dix pièces on en a eu douze. Cela a beaucoup juté sous le pressoir.
Mais le raisin ne devait pas être mûr? — Dans ces pays-là il ne faut pas qu’on vendange mûr; le vin tourne au gras sitôt le printemps. — C’est donc tout petit vin? C’est des vins encore plus petits que par ici. Il faut qu’on vendange vert ».
De quel écrivain s’agit-il ? Et de quel œuvre est extrait le texte ci-dessus ?

 

Plusieurs lecteurs de la Lettre de la SHN ont bien identifié la plume de Victor Hugo.
Le texte ci-dessus est tiré des Misérables, 2ème  partie, Cosette, dans le chapitre 1 – La question de l’eau à Montfermeil – Livre III, Accomplissement de la promesse faite à la morte.

Ci-contre Victor Hugo photographié par Nadar

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 65

Les découvertes archéologiques ont révélé l’existence d’une importante nécropole mérovingienne à Nanterre, attestée par la mise au jour de très nombreux sarcophages datent de cette période.
Dans quel endroit de la ville est principalement située cette nécropole ?
De quelle matière sont constitués les sarcophages découverts ?
Quelle matière première locale entre dans leur fabrication ?

En 1973, Edmond Servat et son équipe entreprennent une fouille de sauvetage à la cathédrale Sainte-Geneviève à Nanterre. En effet la construction d’un nouveau porche et l’aménagement d’un parvis ont rendu possible cette entreprise.
De nombreux sarcophages mérovingiens ont été découverts. Le plus grand nombre d’entre eux est en plâtre. (photo ci-dessous)
Le plâtre est un produit obtenu par déshydratation par cuisson du gypse (sulfate de calcium déshydraté). Trois opérations sont nécessaires pour le fabriquer : l’extraction, la cuisson et le broyage pour obtenir la poudre blanche de plâtre.
Le gypse est un minéral naturel déposé en couches très épaisses dans les terrains sédimentaires.
La présence du gypse est constatée au Mont-Valérien, ce qui permet de supposer que le plâtre utilisé pour les sarcophages de la cathédrale de Sainte-Geneviève provient de cette exploitation. De plus, dans l’habitat du haut Moyen Âge découvert place du marché à Nanterre, une structure qui a été interprétée comme un four semble faire penser à une cuisson du plâtre. A t-il servi à la cuisson des sarcophages de la cathédrale ?
ci-dessous panneaux d’un sarcophage mérovingien provenant des fouilles de 1973.

Prolonger la lecture

Bulletin N°14 – Nemetodorum, Nemptodoro, Nanturra, Nanterre

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 66

Cinq Immeubles de Grande Hauteur (IGH), culminant à plus de 100 mètres, dominent le ciel sur le territoire de Nanterre. Pouvez-vous citer le nom de trois de ces IGH, leur hauteur et leurs architectes?Par ordre d’altitude dans le ciel de Nanterre:
1 la tour Granite, architecte Christian de Portzamparc, hauteur 184 mètres, la troisième tour de la Société Générale,
2 la tour Alicante , architectes Michel Andrault, Pierre Parat et Nicolas Ayoub, hauteur 167 mètres, l’une des deux tours jumelles de la Société Générale séparée de 40 mètres de Chassagne, l’autre tour, située sur la commune de Puteaux,
3 la Préfecture des Hauts-de-Seine, architecte André Wogenscky, hauteur 132 mètres,
4 et 5 – les deux plus élevées des 18 tours Nuages, architecte Emile Aillaud, hautes toutes deux de 105 mètres. L’une appartient à l’Office municipal HLM de Nanterre et l’autre à l’Office Départemental HLM des Hauts -de-Seine.

 «Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 67

Quoique bien éloigné de la Seine, beaucoup d’eau a coulé (et coule toujours) sur ce site de Nanterre. De quoi s’agit-il et dans quel quartier se situe t-il ?

Il s’agit de l’usine de traitement des eaux du Mont-Valérien achevée en 1906.
En 1901, le Conseil général de la Seine décide de subventionner la Compagnie des eaux de banlieue afin qu’elle crée une installation filtrante capable de produire et de distribuer de l’eau potable aux habitants. L’usine, occupant une surface de deux hectares, est située de part et d’autre de l’actuelle route des Fusillés-de-la-Résistance 1940-1944, à 80 mètres au-dessus du niveau de la Seine.

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 68

Un Préfet  du département de la Seine et un Préfet de Police de Paris, dont le souvenir est présent dans la chronique Nanterrienne à la fin du XIXe siècle ont laissé tous deux  leur nom dans l’histoire et le vocabulaire de la langue française. L’un au titre d’un concours qui se déroule encore chaque année, l’autre au travers d’un accessoire banal du quotidien.
Qui sont –ils ?

Eugène Poubelle et Louis Lépine , au titre de leurs fonctions, se sont déplacés régulièrement à Nanterre, alors commune du département de la Seine.


Eugène Poubelle fut le Préfet du département de la Seine de 1883 à 1896
.
La définition de la poubelle, à qui il laissa son nom, apparaît dans le supplément du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle en 1890.
En 1896 M. Poubelle devint ambassadeur de France au Vatican puis à Constantinople en 1898
.


Louis Lépine fut le Préfet de police de Paris de 1893 à 1897 puis de 1898 à 1901
.
En 1901, pour lutter contre la crise qui touche les petits fabricants parisiens de jouets et de quincaillerie, il crée un concours-exposition qui deviendra plus tard le concours Lépine.
M. Lépine accompagnait le Président de la République Félix Faure en juin 1897 lors de sa visite officielle à la Maison de Nanterre.
Texte de la notification adressée au maire de Nanterre par le Préfet de Police pour l’informer des mesures qu’il a prises pour lutter contre les nuisances provoquées par une usine de colle à Nanterre dont texte ci-dessous. (source Journal de Nanterre du 8 octobre 1899)

Durant sa carrière de préfet de police, il met en place la permanence dans les commissariats, équipe les gardiens de la paix en 1897 d’un bâton blanc et d’un sifflet à roulette, crée la brigade fluviale ainsi que les brigades cyclistes en 1901 (les « hirondelles »). Il fait installer 500 avertisseurs téléphoniques, rouges pour alerter les pompiers, puis pour alerter police-secours ; réorganise la circulation en instaurant les passages piétons, les sens uniques et les sens giratoires et encourage les premiers développements de la police scientifique, crée les chiens sauveteurs, réalise un « coup médiatique » en 1908 en créant les « agents Berlitz » (formés à l’École de langues Berlitz, ils sont chargés de renseigner les touristes, se distinguant de leurs collègues par le port d’un brassard indiquant la langue maîtrisée). (source Wikipédia)

 Ecouter, sur Gallica,  M. Lépine raconter quelques souvenirs de sa carrière  de préfet de Police de Paris en cliquant sur l’image ci-dessous.

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

La devinette de la Lettre 69

Pendant près de 30 ans, de très nombreux équidés ont été accueillis en ce lieu afin d’y prendre quelque repos ou de bénéficier de soins.
Dans quel quartier se trouvait-il ? Et quel était le nom de cet établissement?

Le haras des Hautes-Pâtures, créé à Bures en Seine-et-Oise en 1859, s’est installé, près de la Seine et du pont de Bezons, au Petit-Nanterre, en 1890. La superficie de l’établissement est de 8 hectares, dont 6.000 mètres carrés occupés par les bâtiments comprenant 150 boxes.
Son activité est essentiellement centrée sur les traitements à apporter aux chevaux, soit au repos, soit en état de maladie non contagieuse, pour des opérations chirurgicales par exemple.
Sa clientèle se trouve principalement à Paris, pour les chevaux de commerce et de luxe, et dans les centres d’entraînement pour les chevaux de course (Maisons-Laffitte, Chantilly, La Morlaye, etc.). Un vétérinaire est attaché à l’établissement.
Au début du 20ème siècle il emploie 1 piqueur, 1 maréchal, et de 8 à 10 palefreniers suivant le nombre de ses pensionnaires.
Le haras cesse ses activités vers 1910, probablement suite à la crue qui a inondé tous ce secteur

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

.

La devinette de la Lettre 70

Éminent géographe, citoyen du monde avant l’heure, ami du grand photographe Nadar, il a habité deux ans à Nanterre à la fin du 19ème siècle. Une rue de Nanterre porte son nom. Qui était-il ?

Élisée Reclus, (1830 – 1905) vit à Nanterre, au 19 rue de Cherbourg (aujourd’hui avenue du maréchal Joffre), en 1890 et 1891. C’est à son domicile de Nanterre qu’il accorde, un entretien à Edmond Le Roy dont le compte-rendu paraît dans le Journal Gil Blas du samedi 2 mai 1891

Élisée Reclus, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) le 15 mars 1830 et mort à Thourout en Belgique le 4 juillet 1905, est citoyen du monde avant l’heure, précurseur de la géographie sociale, de la géopolitique, de la géohistoire. Communard, militant et théoricien anarchiste, il fut contraint de s’exiler à Londres, puis en Irlande, après le coup d’état du 2 décembre 1851. Son retour en France  ne s’effectue qu’en 1857 après un séjour à la Nouvelle-Orléans (1853 – 1855) et en Colombie. .
Il rentre à la société de Géographie le 2 juillet 1858.
De 1859 à 1868, il écrit des articles fort remarqués de géographie, de géologie, de littérature, de politique étrangère, d’économie sociale, d’archéologie et de bibliographie, à l’influente Revue des deux Mondes. En, la maison Hachette recrute Élisée Reclus pour rédiger des guides pour voyageurs (guides Joanne), dont le Guide du voyageur à Londres et aux environs (1860), ce qui l’amène à parcourir la France et divers pays d’Europe occidentale.
Durant la guerre de 1870, puis la Commune de Paris, il s’engage activement dans l’action politique et militaire. À l’automne 1870, pendant le siège de Paris par les Prussiens, il s’engage comme volontaire au 119e bataillon de la Garde nationale puis dans le bataillon des aérostiers dirigé par le photographe Nadar qui devient un ami intime. En décembre, il participe, avec André Léo, Benoît Malon et son frère Élie Reclus, à la création du journal La République des travailleurs.
Après la proclamation de la Commune, le 18 mars 1871, il s’engage comme volontaire dans la Fédération de la Garde nationale.  En avril 1871,  il est fait prisonnier le fusil à la main par les Versaillais à Châtillon. En novembre 1871, il est condamné par le Conseil de Guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Sa peine fut commuée en bannissement à la suite d’une démarche de nombreux savants français et étrangers.

Il fut un pédagogue et un écrivain prolifique. Parmi ses œuvres majeures figurent  La Terre en 2 volumes, sa Nouvelle Géographie universelle en 19 volumes parus de 1875 à 1893, L’Homme et la Terre en 6 volumes, ainsi que Histoire d’un ruisseau et Histoire d’une montagne. Il a aussi  publié environ 200 articles géographiques, 40 articles sur des thèmes divers, et 80 articles politiques dans des périodiques anarchistes.
La Nouvelle Géographie universelle, en français ou en traduction est lue dans le monde entier, en Europe, en Amérique du Nord et du Sud aussi bien qu’en Australie, en Perse ou en Chine. Ce qui lui vaut une célébrité internationale, unique pour un géographe de langue française et qui en fait, de son vivant, un égal en renommée planétaire de Victor Hugo ou de Louis Pasteur.
Pour approfondir la connaissance de sa vie et de son œuvre
cliquer sur l’image ci-dessus.

La revue, de géographie et de géopolitique, Hérodote, publiée par l’Institut Français de Géopolitique le considère très justement comme l’un des géographes les plus importants de son temps, au point d’avoir consacré deux numéros entiers à son œuvre en 1981 et 2005.

Son importante correspondance a été publiée dans 3 volumes, où l’on peut découvrir qu’il a résidé à Nanterre, au 19 route de Cherbourg (aujourd’hui avenue du maréchal Joffre) en 1890 et 1891.

Lettre à Nadar, le célèbre photographe à qui l’on doit les photos d’Élisée Reclus ci-dessus et ci-dessous, depuis Nanterre le 28 septembre 1890.

Lettre à Mlle de Gerando, depuis Nanterre le 2 avril 1891.

Il a aussi accordé, à son domicile de Nanterre, un entretien à Edmond Le Roy, dont le compte-rendu  paraît dans le Journal Gil Blas du samedi 2 mai 1891.

«Pour revenir à la liste des solutions»

 

.

La devinette de la Lettre 71

Dans l’ancien quartier des Fontenelles, tel un château-fort des temps modernes, plusieurs activités importantes industrielles se sont succédées en ce lieu au cours du 20ème siècle. Il abrite aujourd’hui, notamment, des activités tertiaires. De quel type d’industrie s’agissait-il et pouvez-vous citer le nom des entreprises qui ont occupé les locaux?

«Pour revenir à la liste des solutions»

.

Ce contenu a été publié dans Histoire de Nanterre, La lettre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.